Expertise

La recherche de l’excellence clinique ne nous empêche pas de vous prodiguer des soins les plus confortables possibles.

Notre objectif

Notre philosophie « sans compromis » sur la qualité des traitements nous permet de nous adapter à votre demande, tout en vous fournissant des conseils avisés. À l’issue de la première consultation, nous vous proposerons le traitement qui correspond le mieux à vos attentes. En endodontie, comme dans toute discipline médicale, il n’y a aucune systématisation. C’est pour cela que la première consultation est nécessaire et importante.

Notre cabinet

Notre cabinet exploite toutes les nouvelles technologies existantes et s’organise autour du concept paperless*. Tout est digitalisé et enregistré sur nos serveurs protégés par les technologies les plus évoluées. Ainsi, tous les documents que vous nous apportez sont numérisés, enregistrés dans votre dossier et vous sont rendus. Nous vous adressons en copie les compte-rendus de consultation et de traitement (envois par voie électronique uniquement)
* sans papier

 

 

|
“ Vous dispenser des soins d’endodontie de la meilleure qualité tout en restant à votre écoute ”
|

L’endodontie en quelques mots

1. La pulpe

Au centre de la dent se trouve la pulpe.
La pulpe est constituée de cellules, de vaisseaux, de nerfs et de différents tissus. C’est elle qui assure la « vitalité » de la dent. C’est la rasion pour laquelle, lorsqu’on doit l’éliminer, il est communément dit que l’on dévitalise la dent.

2. Les pathologies de la pulpe

— L’inflammation ou l’infection de cette pulpe peut survenir suite à une carie (1), à un traumatisme, une fracture, ou à des traitements dentaires répétés sur la même dent.
— L’inflammation (2) (pulpite) de la pulpe est en général très douloureuse. Ce syndrome est appelé plus communément la «rage de dent».
— L’infection (3) (nécrose) de la pulpe : lorsque les bactéries (microbes) pénètrent dans la pulpe, elles provoquent une infection de celle-ci.
— En l’absence de traitement, les bactéries vont cheminer le long des canaux de la dent jusqu’à atteindre le bout de la racine.

Dès que les microbes entrent en contact avec l’os, ils déclenchent la formation d’un granulome (plus connu sous le nom de Kyste) (4) dans l’os de la mâchoire.

— L’infection pulpaire peut rester asymptomatique (aucune manifestation clinique) pendant plusieurs mois voire plusieurs années et se manifester tardivement par l’apparition d’un abcès ou de douleurs très importantes notamment au moindre contact de la dent.
— Un granulome peut donc être découvert fortuitement par votre dentiste sur une radiographie.

 

3. Le traitement endodontique

Souvenez-vous !
Une dent infectée n’est pas forcement douloureuse, mais nécessite un traitement pour éviter une complication osseuse. En présence de telles pathologies, le chirurgien dentiste est amené à réaliser un traitement endodontique qui permet de supprimer l’ensemble des tissus infectés se trouvant dans les canaux radiculaires. Au cours de ce traitement, l’ensemble des canaux sont nettoyés, désinfectés et enfin obturés afin d’éviter toute réinfection. Ce traitement est réalisé sous anesthésie locale, comme n’importe quel soin. Le traitement endodontique permettra de désinfecter l’ensemble des canaux. Les bactéries étant supprimées, il n’y a plus d’agression de l’os et le granulome va spontanément disparaître et permettre une cicatrisation de l’os. La cicatrisation de la lésion nécessite entre 6 et 48 mois en fonction de la taille de la lésion.

 

 4. Et après votre traitement ?

Le traitement endodontique complété, il est nécessaire de reconstituer la partie coronaire de la dent (partie visible en bouche) par votre praticien traitant, afin d’une part de prévenir la pénétration de microbes dans les canaux, et d’autre part de consolider la dent pour éviter qu’elle ne se fracture. En fonction de son délabrement votre dent sera reconstituée par votre praticien soit par un amalgame, un composite, ou une couronne prothétique. Pour suivre et contrôler le processus de guérison, des contrôles radiographiques peuvent s’avérer nécessaire. Un rendez-vous vous sera alors proposé en temps voulu.

Le retraitement endodontique
Lorsque le traitement dit «initial» n’est pas satisfaisant, un retraitement peut s’avérer nécessaire pour traiter ou prévenir la formation d’un kyste. Il suffit qu’une portion du canal ne soit pas désinfectée et obturée pour qu’une lésion osseuse apparaisse. Il est indispensable que tout le volume canalaire de la dent soit nettoyé et obsturé.

Après suppression du matériau d’obturation existant et la gestion des différentes complications (démontage des prothèses et/ou des tenons, suppression des fragments d’instruments fracturés dans le canal, récupération des trajectoires canalaires, etc…), les canaux sont à nouveau nettoyés, désinfectés et obstrués.

Cicatrisation d’un kyste après Retraitement
Cette prémolaire, reconstituée par un tenon (1) et pilier de bridge, présente un kyste au bout de sa racine(2) .

Ce kyste est directement lié à la présence de bactéries dans le canal (3) dont la désinfection effectuée lors du traitement initial est manifestement insuffisante.

La dépose de la prothèse et du tenon a permis d’accéder aux canaux de la dent qui ont été (4) désinfectés puis obturés . Un nouveau bridge a pu être remis en place. Les douleurs ont immédiatement disparues après le retraitement de la dent, et le patient a pu retrouver une mastication normale.

Une radiographie de contrôle effectuée 12 mois après le retraitement, montre clairement une disparition du kyste (5) et une cicatrisation osseuse complète de l’os de la mâchoire .

5. La Chirurgie Endodontique

Dans certaines situations cliniques, il est impossible de faire pénétrer les instruments sur toute la longueur du canal. Ceci peut arriver dans les conditions suivantes :
— présence d’un instrument fracturé lors du traitement préalable,
— calcification naturelle du canal considéré,
— anatomie particulière de la dent à traiter

Dans ces cas, la chirurgie endodontique peut permettre de résoudre le problème.

Deux autres situations peuvent justifier une chirurgie :
— Le traitement endodontique vient d’être effectué. Après une période d’observation variant de 6 mois à un an, les clichés radiographiques ne laissent présager d’aucune amélioration.
— Suite à un traitement ou un retraitement endodontique, des douleurs persistent pendant plusieurs semaines.
> Dans ces deux cas, une chirurgie endodontique peut être envisagée.

Dans un premier temps, la gencive est soulevée après une incision afin d’accéder à la racine de la dent. Le kyste est éliminé et l’apex (bout de la racine) est sectionné. Après quelque mois, la lésion est progressivement remplacée par de l’os sain.

En quoi consiste l’intervention ?
Si malgré un traitement endodontique bien conduit, des bactéries persistent dans le canal, une lésion osseuse va apparaître. Le canal est alors nettoyé et obturé sur les 3 ou 4 mm qui n’avaient pu être accessibles lors du traitement endodontique. La gencive est ensuite remise en place par des points de sutures.